Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patatras, en deux, le beau rosier tige se brisa

Le vent a soufflé en rafales la semaine dernière. Je n'avais jusqu'à présent pas eu à souffrir de dégâts au jardin, jusqu'à ce vendredi à tout le moins ...

Sortant sur la terrasse avec ma petite Claire pour cueillir quelques plantes aromatiques, horreur ! effroi ! Mon beau rosier tige cassé en deux dont la tête au feuillage bien vert et bien touffu pendouille tristement au bout d'un mince morceau d'écorce.

Il faut agir vite. Mais le vent souffle toujours très fort. Je n'ai que les deux petites mains d'une petite fille de quatre ans pour m'aider. Et ces petites mains me sont bien précieuses puisqu'elles tiennent fermement le rosier que j'ai redressé, le temps pour moi d'aller chercher quelque chose pour faire je ne sais pas vraiment quoi.

Je n'ai pas le temps pour tenter un bandage au rafia, le vent souffle trop fort dehors. Je n'ai pas de mastic de cicatrisation. Tout ce qui me vient à l'esprit, c'est ce que j'ai sous les yeux, un rouleau de papier-cache et des attaches colson.

Il faut agir. Alors c'est parti.

Pendant que les deux petites mains bien précieuses continuent de soutenir la tête du rosier malgré le vent qui souffle fort, je crée un bandage de fortune autour de la fracture. Avec des attaches rapides, je fixe la tige à trois endroits sur le tuteur. Et je prie pour que cette intervention urgente et peu académique permette au rosier de s'en sortir.

Patatras, en deux, le beau rosier tige se brisa
Patatras, en deux, le beau rosier tige se brisa

Trois jours plus tard, le feuillage parait toujours bien en forme. S'il n'y avait ce petit pansement blanc, on ne saurait dire le malheur qui s'est joué quelques jours auparavant.

Patatras, en deux, le beau rosier tige se brisa
Patatras, en deux, le beau rosier tige se brisa

L'atmosphère douce et humide ralentit-elle simplement le flétrissement de la tête avant une mort inéluctable, ou l'espoir est-il toujours permis ?

Le passage de la sève n'a pas été complètement rompu grâce au petit morceau d'écorce qui a tenu bon en dépit de la tempête. Le printemps et la montée de la sève joueront peut-être en ma faveur en permettant la cicatrisation de la fracture.

Je ne touche quoi qu'il en soit à rien. Et je continue à espérer.

J'étais tellement fière et admirative de ce beau rosier que j'avais si bien réussi à tailler.

Je vous tiendrai bien entendu au courant de l'évolution car c'est le genre de mésaventure qui pend au nez de tout jardinier sans savoir parfois (comme ce fut mon cas) quels sont les gestes appropriés.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article